Zéro Déchet : Réponses aux 5 dilemmes

Il y a quelques temps, nous vous avions proposé 5 dilemmes à résoudre. Vous avez été nombreux à répondre et nous vous en remercions ! Afin de faire profiter tous les lecteurs des retours que nous avons eus, voici quelques témoignages que nous avons collectés.

Avant de s’attaquer aux solutions proposées pour résoudre les dilemmes, sachez que celles-ci ont été très diverses ! Les avis ne sont pas tout le temps unanimes, eh oui chacun y va à son rythme ! Tout le monde ne pense pas de la même manière et les avis divergent. Encore une fois, il n’y aura pas de solution parfaite aux dilemmes proposés mais vous pouvez vous inspirer des témoignages que nous allons vous présenter pour trouver celle qui vous convient le plus !

1. Magasin de vrac loin ou Supermarché proche ?

Pour ce premier dilemme, un avis est commun à toutes les réponses : choisir le magasin qui est le plus proche. Tout simplement parce que faire des dizaines de kilomètres en voiture est “ridicule” ou parce que, comme Ana, vous n’êtes pas véhiculé.

Si le vrac est le plus proche : n’hésitez pas une seule seconde !
« C’est à ceux qui sont proches des magasins de vrac de les soutenir pour qu’ils se démocratisent et s’implantent partout comme toutes les épiceries classiques. »
Tessa

Si le supermarché est le plus proche : commencer par faire des courses éco-responsables est déjà un grand pas !
« Quand le supermarché est la structure la plus proche on peut y faire ses courses en consommateur avec un esprit critique en déjouant les pièges marketing.”
Claire

Si vous êtes confronté à ce dilemme, plutôt que de choisir le magasin le plus proche, d’autres possibilités s’offrent à vous :
Audrey, qui ne veut pas aller au supermarché, commande du bio sur Internet. Claire quant à elle propose de s’organiser pour aller de temps en temps au magasin vrac et de faire des réserves.

Pour nous, la question ne s’est pas posée. Les deux types de magasin sont à égale distance. Dans un premier temps, nous sommes restés dans notre supermarché habituel mais en faisant attention à ce que nous achetions et ça porte déjà ses fruits. Prochaine étape : sauter le pas et acheter en vrac !

2. Lavable ou Jetable ?

C’est un des grands piliers de la réduction des déchets : laver et réutiliser plutôt que de jeter. Pour ce dilemme, deux questions principales se posaient : lequel est le plus économique en terme de prix mais aussi en terme d’eau utilisée ? Le lavable est-il aussi hygiénique que le jetable ?

Pour répondre à cela, les réponses étaient plutôt unanimes : le lavable est beaucoup plus écologique et pas moins hygiénique que le jetable.

« La production d’un produit jetable demande plus d’eau que de laver des lingettes.”
Claire

En ce qui concerne les petits produits comme les cotons démaquillants, les mouchoirs ou encore les lingettes, ils passent en machine avec le reste du linge et ne prennent pas beaucoup de place.

« Ça ne prend pas plus de place dans la machine à laver donc pour ma part y’a pas photo. Le lavable plus écologique que le jetable.”
Cindy

Pour les produits comme les couches, cela fera inévitablement des machines en plus. Toutefois la quantité d’eau utilisée pour laver reste minime comparée à celle utilisée pour la production de couches jetables. Vous pouvez trouver un bilan un peu plus détaillé ici.

« [Pour les couches] Oui ce sont des machines en plus mais à priori c’est bien moindre que l’eau utilisée pour produire toutes les couches jetables. D’un point de vue économique cela revient bien moins cher que les jetables, et bien sûr c’est bien meilleur pour la peau et donc la santé de bébé”
Fanny

Les produits lavables étant réutilisés de nombreuses fois, le prix d’achat de ces objets est très vite rentabilisé par rapport aux produits jetables. Et en plus, pas de déchet ! Que demander de plus ?

Par contre, adopter des alternatives lavables demande de changer un petit peu nos habitudes de vie et c’est très certainement ce changement-là qui sera le plus dur. Il faut donc y aller à son rythme et passer aux produits lavables quand on est prêt à accepter le changement. Une fois le pas sauté, vous verrez, vous vous demanderez pourquoi vous ne l’avez pas fait plus tôt !

3. Se faire livrer des produits réutilisables mais emballés

De manière générale, lorsqu’on veut acheter un produit, l’acheter neuf n’est pas la première idée qui vient en tête à nos lecteurs. Pour Claire, la livraison de produits neufs est la dernière des solutions pour l’achat d’un produit. Christelle propose d’ailleurs de réutiliser des objets lorsque c’est possible ou d’acheter d’occasion.

« On essaie de limiter les achats neufs, on recycle ou on achète d’occasion (le bon coin, vides greniers, Emmaüs)”
Christelle

En revanche, beaucoup de boutiques proposant des produits zéro déchet sont des boutiques en ligne. A ce moment là, se faire livrer ses achats est l’unique solution. Toutefois, on peut toujours se renseigner sur la manière dont les produits sont emballés en choisissant attentivement les commerçants chez lesquels on achète.

« Je commande chez des commerçants qui font attention”
Audrey

Et comme Ana, si vous n’êtes pas sûrs de la manière dont vous seront livrés vos produits, il suffit de demander 😉

“J’envoie un mail à la boutique pour savoir dans quoi sont emballés les produits. Je vais voir ailleurs si ça me plaît pas.”
Ana

Quand nous avons commencé notre démarche zéro déchet, nous avons acheté quelques accessoires comme les cotons démaquillants ou les sacs pour les fruits et légumes. Grosse surprise pour nous, ces produits, censés nous aider dans la réduction de nos déchets, sont arrivés emballés dans du plastique…. Petite erreur de débutant voulant bien faire 🙂 C’est le genre de questions qu’on ne s’était même pas posé ! Il ne faut donc pas hésiter à demander les bonnes adresses aux personnes plus avancées que vous dans le zéro déchet, surtout quand vous commencez !

4. Le remplissage des épiceries vrac ?

Pour ce dilemme, nous avons eu la chance d’avoir la réponse de quelqu’un ayant travaillé dans la grande distribution ! Voilà son avis sur la question :

« [En grande distribution] Les produits sont emballés individuellement, puis disposés dans un carton entouré de scotch ou de liens en plastiques, posés sur une palette elle-même entourée de dizaines de mètres de film étirable. Donc on peut dire ce qu’on veut, le vrac même s’il produit un peu de déchets en supprime déjà un bon paquet !”
Tessa

Une belle remarque également de la part d’Audrey :

« Entre un sac de 25 kilos qui arrive et qui est mis en vrac avec des gens qui viennent avec leurs sac, bocaux, boîtes etc ou des sacs plastiques tout fait de 500g, je pense que le constat est rapide à faire.”
Audrey

Les épiceries vrac doivent en effet être approvisionnées mais la quantité de déchets qui est évitée grâce à elles est déjà énorme !

Quand on se lance dans le zéro déchet, il faut garder en tête que l’on réduit la couche d’emballage qui se trouve à notre niveau. À l’échelle d’une épicerie ou d’un magasin, c’est aux gérants de ceux-ci de s’occuper de la manière dont ils s’approvisionnent.

5. Acheter avec des emballages : un gros emballage plastique ou plusieurs petits emballages cartons ?

Pour ce dilemme, les avis ont fusé dans tous les sens ! Tout le monde semblait avoir une réponse qui leur était “évidente” mais personne n’avait la même. Voilà un bel exemple qui montre que le zéro déchet n’est pas une science exacte et qu’il n’y a pas qu’une seule façon de faire.

Ana, par exemple, prendrait le moins cher des deux. Anaïs, Audrey et Claire, elles, préfèrent choisir le carton. Ce matériau est en effet beaucoup mieux recyclé que le plastique, qui reste aujourd’hui très compliqué à traiter.

« Le choix s’impose de lui même le carton ça se recycle plus facilement que le plastique.”
Audrey

« Le carton est recyclable, issu de source renouvelable, biodégradable. Le plastique c’est brûlé ou mis en décharge.”
Claire

D’autres lecteurs, en revanche, conseillent de ne pas se retrouver devant ce genre de choix lorsque c’est possible. L’exemple cité dans l’article sur les dilemmes étaient des pommes de terre rissolées congelées. Tessa et Vonnig proposent alors de faire ce genre de plat soi-même et d’acheter des pommes de terre en vrac.

Ne voulant pas trop changer nos habitudes d’un coup, nous avons décidé de faire nos courses en réfléchissant un peu avant d’acheter. Notre premier gros pas : éviter le plus possible le plastique ! Pour nous, rien que choisir un emballage autre que le plastique est déjà une première étape 😀 En effet, même si on aura toujours un emballage et donc un déchet, celui-ci sera au moins mieux recyclé que du plastique.

« Pour les achats où je ne peux pas me passer d’emballage c’est priorité carton, verre, boîte en métal.”
Claire

Une petit mot pour la fin

On espère que ces réponses vous aideront à avancer dans votre démarche !
Bien sûr, les solutions proposées ne sont pas exhaustives ! Votre démarche vers le zéro déchet doit aussi correspondre à votre mode de vie 🙂 Adoptez les petits changements liés au zéro déchet quand vous vous sentirez prêts 😀

A bientôt pour de nouvelles aventures des escargots à vélo !



Partagez petits escargots :)
  •  
  • 174
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    174
    Partages

Une réponse sur “Zéro Déchet : Réponses aux 5 dilemmes”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *